Ingénieurs informatique : des candidats recrutés dès la fin des études

Le milieu de l’informatique est un des secteurs qui recrute le plus de jeunes diplômés chaque année. De nombreuses entreprises ont d’ailleurs des difficultés à trouver des candidats pour certains postes. D’après une célèbre école d’ingénieur informatique, on estime à près de 1500 le nombre d’ingénieurs en informatique manquant. Sachant que la plupart des candidats sont recrutés avant même la fin de leurs études, très rares sont les entreprises qui ne proposent pas de stage à pouvoir s’offrir les meilleurs profils.



Des postes d’ingénieur informatique pour des techniciens

Face à la pénurie d’ingénieurs informatique, certaines entreprises n’hésitent pas à faire appel à des techniciens, le plus souvent seulement titulaires d’une licence informatique pour pourvoir certains postes d’ingénieur info.

Ainsi, un étudiant tout juste diplômé d’un bac +3 peut se retrouver à gérer des équipes composées parfois de 10 collaborateurs. Bien entendu, les entreprises prennent le parti de ne pas équilibrer le salaire et profitent du niveau d’études moins élevé du salarié pour économiser sur la masse salariale.

Ingénieurs informatique : des candidats recrutés dès la fin des études

Une incidence sur les postes de technicien informatique

La majorité des diplômés issus d’école d’ingénieur informatique étant embauchés dès la fin de leur stage de fin d’études, et les entreprises n’hésitant pas à embaucher de simples techniciens sur des postes d’ingénieurs, c’est tout le recrutement des techniciens qui se retrouve déstabilisé. Les petites entreprises ayant besoin d’un technicien en informatique peinent désormais à trouver des candidats. Payés en moyenne moins de 1500€ net en province, les techniciens préfèrent saisir les opportunités offertes par les grands groupes et ainsi améliorer leur CV.

Vers une ruée sur le bac pro informatique ?

A force tirer les profils des candidats vers des postes et des compétences supérieures à leur formation, on assiste progressivement à une pénurie de candidats sur certains postes dans l’informatique, mettant en danger la structure de nombreuses petites sociétés qui n’ont pas les moyens de se battre sur les salaires.