Le LegalTech : qu’est-ce qui change pour les juristes ?

Le LegalTech est un phénomène qui prend de l’ampleur dans le quotidien des internautes. Plus de 75% des Français se disent favorables à une utilisation plus poussée des technologies dans le droit. L’impact du LegalTech sur le travail des juristes est difficilement mesurable, car il faudrait tenir compte autant de l’aspect quantitatif que qualitatif.



Des offres de services juridiques aux bénéfices variables

Le LegalTech permet aux juristes de fournir des services juridiques pratiques comme la recherche d’avocats ou de modèles de contrats. Les plateformes comme Jurifiable.com sélectionnent des avocats spécialisés sur des critères bien précis pour répondre aux attentes des internautes. Les plateformes de mise en relation sont surtout dédiées aux cabinets d’avocats de petite taille ayant un budget restreint. Les grands groupes préfèrent d’ailleurs souvent s’organiser en réseaux professionnels.

Le segment des contrats juridiques numériques est très dynamique. Les utilisateurs n’ont plus besoin de se déplacer chez le notaire ou l’avocat pour faire rédiger un contrat de bail. De nombreux sites proposent des modèles de contrats mis à jour et conformes aux règlementations en vigueur, qu’il suffit d’imprimer.

Des outils d’aide à la prise de décision

La loi évolue constamment, sans compter les nouveaux arrêtés qui viennent modifier les lois, la jurisprudence, la doctrine… Le développement d’outils intelligents pour assurer les recherches juridiques ou la veille juridique est inévitable. Mais ces outils sont devenus indispensables pour les petites structures qui souhaitent réduire les coûts relatifs à l’achat de logiciels.

En outre, ces outils se révèlent souvent très pratiques. Le moteur d’analyse de jurisprudence est un véritable atout. Ce logiciel propose un algorithme capable de prédire le contentieux sur la base d’analyse des jurisprudences rendues. À termes, il permettrait d’améliorer les performances d’un cabinet d’avocat en aidant à mieux appréhender le risque contentieux.

On peut également citer des innovations plus subtiles, mais tout aussi efficaces (le chatbot, le machinelearning). Le « legalchatbot » est un dispositif en phase de test qui permettrait d’envoyer des réponses automatisées à des questions simples afin de gagner du temps. La prise de contact en ligne s’effectuera une fois que le visiteur aura besoin de plus d’explications ou d’une consultation personnalisée.

L’impact sur le quotidien des juristes

L’automatisation des tâches répétitives permet d’alléger les heures de travail et de dégager du temps pour l’essentiel. Il s’agit notamment de l’édition de contrats, de mises en demeure, de lettres de congés…

Par ailleurs, la digitalisation permet d’augmenter sensiblement sa clientèle. Des personnes qui ont évité les démarches juridiques et administratives jusque-là sont plus enclines à les faire en ligne. En outre, la présence sur Internet offre une plus grande visibilité aux avocats et juristes.

Malgré les imperfections du système et les problématiques que pose encore l’utilisation du LegalTech, la digitalisation des métiers du droit semble inévitable. Les professionnels du secteur l’ont compris et bon nombre d’entre eux ont déjà entamé leur métamorphose. La mise en place de tables rondes et de conférences nationales comme « Innovations et professions juridiques » démontre bien la volonté des juristes à s’adapter à l’émergence de ce nouveau phénomène.