Soutien Scolaire : Zoom sur les techniques de positionnement

WinAkademy Soutien Scolaire a toujours été très impliquée dans la recherche scientifique et prête une réelle attention aux différentes évolutions dans les domaines des nouvelles technologies et des télécommunications.

Le 25 avril 2012, l'entreprise fait un zoom sur les techniques de positionnement et leur importance dans la mise en place de nouvelles applications.



" Le GPS, ça fonctionne comment en fait maman ? ", les parents ont déjà entendus cette phrase de la part de leur enfant ....

Dans ce qui suit, nous allons décrire l’un des principes les plus connus pour le calcul de la position géographique, la trilatération ou la triangulation, principe de base des systèmes GNSS.  Cette technique utilise les distances ou les angles entre récepteur et émetteur pour le calcul de la position. Aujourd'hui, le meilleur système connu est le système GPS, qui est basé sur trilatération. La performance de cette méthode est intéressante. Dans des conditions fixées, elle peut atteindre une précision de quelques centimètres. Nous pouvons considérer la triangulation comme origine de la trilatération. La triangulation est le processus consistant à déterminer l'emplacement d'un point par mesures d’angles par rapport à une base fixe. La trilatération utilise la distance entre émetteur et récepteur pour calculer le résultat final.

Les systèmes de positionnement basés sur le principe de la trilatération se multiplient et mettent au point, différentes méthodes de calcul.

Une méthode très connue permettant de calculer la distance entre émetteur et récepteur est le temps de propagation (TOA). La synchronisation entre équipement pour ce type de calcul est nécessaire. Afin d’ajouter cette référence temporelle, les récepteurs peuvent être équipés d’un horloge au césium Rubidium. La mesure de temps de transmission permet d’effectuer le calcul de la distance. L’intervalle de temps est multiplié par la vitesse de propagation du signal. A la fin, on obtient la distance émetteur-récepteur. Pour un positionnement 2D, trois distances entre émetteur et récepteur sont suffisantes. Dans le cas du GPS, un nombre plus élevée de bases est utilisé. Néanmoins, ce nombre est inférieur au nombre mathématiquement nécessaire pour la résolution d’un système non linéaire. Les résultats étant deux solutions, dont l’une est sur Terre et l’autre dans le ciel, le choix du résultat final est trivial et évident.

Dans le cadre d’un positionnement sur la terre, nous avons besoins de quatre émetteurs pour trouver les coordonnées d’un point. Le quatrième satellite est nécessaire pour le processus de synchronisation.

La science, les découvertes, les explications, WinAkademy Soutien Scolaire cherche l'information pour développer la curiosité de l'enfant et partager avec lui le savoir ... Un soutien scolaire