3 règles à suivre pour manager son e-réputation

E-réputation ! C’est désormais un terme que les marketeurs et les experts de la communication ont tout le temps sur les lèvres. Pour ne pas avoir une mauvaise réputation en ligne, voici 3 règles à respecter.

3 règles à suivre pour manager son e-réputation

Première règle : savoir écouter

L’écoute est sans conteste l’élément le plus important qu’une entreprise se doit de prendre compte. Ignorer l’impression des internautes et des consommateurs lui fera manquer l’essentiel, dont l’analyse des données. De ce fait, une écoute juste aide à la résolution de quelques problèmes relatifs à l’environnement de l’entreprise.

Le bruit et le silence

Le cas du bruitage arrive le plus souvent aux entreprises de marque ou celles qui ont des noms frappants relatifs à la vie courante. Cela dit, il n’est pas vraiment utile de considérer des références issues des plateformes comparatrices de prix ou de promotion.Il faut savoir quel élément écouter. Mais ce serait une grosse erreur de compter sur Google pour faire le filtrage. Le plus important est de se focaliser sur des communautés bien définies.

En matière de présence, il se peut que plusieurs marques célèbres soient citées sur une bonne plateforme, des concurrents en l’occurrence. Une entreprise a tout intérêt à vérifier si elle y est ou non tout en ayant un œil sur l’image de ses concurrents. La création d’une e-réputation sera alors nécessaire selon le cas.

Seconde règle : faire des analyses précises

Que faut-il analyser ? C’est la question qu’il faut se poser. Outre les facteurs de ranking ou de GRP, il est tout à fait possible de savoir précisément l’ampleur de son influence sur le web. Notamment via des outils spécialisés que les agences e-réputation utilisent couramment. Le plus important c’est de se concentrer sur les posts qui ont le plus d’influence.

Les objectifs à atteindre étant d’avoir un résultat précis sur le nombre de post, qu’il soit positif ou négatif dans une période précise. Cela permet également d’élaborer la liste des blogueurs et plateformes qui sont bénéfiques pour l’entreprise. Le tri étant fait, il ne reste plus qu’à mesurer son influence sur une communauté cible. Cette dernière étant difficile à réaliser sans l’utilisation d’outils spécialisés que normalement les agences e-réputation ont en le plus de maitrise.

Troisième règle : entamer un engagement distinct

Même s’il faut les considérer, l’écoute et l’analyse ne constituent pas les étapes les plus indispensables à la gestion de l’e-réputation. En général, c’est ce que toutes les autres entreprises concurrentes font surement. Par contre ce qui peut faire la différence, et crée une vraie valeur c’est sans conteste l’engagement. En d’autres mots, les expressions et les dialogues sur la totalité des plateformes communautaires citant l’entreprise en question. Bref, l’engagement consiste à paraitre, à s’exprimer le plus clairement possible en portant le nom de son entreprise. C’est même dans cette éventualité que les entreprises de marque le confient le plus souvent aux experts de l’image web, telle une agence e-réputation.