La nouvelle arme contre Netflix

Depuis quelques temps déjà, de nombreux professionnels et le rapport Lescure demandaient une réduction du délai de la diffusion des films à la télévision et en vidéo après leur parution au cinéma. C’est aujourd’hui que fût publiée l’interview d’Aurélie Filippetti, donnant son approbation devant les journalistes du Figaro. Les vidéos disponibles à la demande seraient donc plus d’actualité et permettraient aux chaînes de télévision et aux SvoD de les diffuser plus rapidement.

En revanche, d’après la ministre, ce projet sera seulement accessible aux « services qui participent au financement et à l’exposition des œuvres françaises et européennes ». Mais le service américain en sortirait pénalisé, notamment à cause du lancement de Netflix en France. L’entreprise prévoirait cependant de procéder dans un autre état d’Europe, là où les règles ne leur seront plus applicables.

« Il faut promouvoir et développer l’excellence des acteurs hexagonaux dans le domaine de la vidéo à la demande », telles sont les paroles d’Aurélie Filippetti. La réduction du délai, passant de 36 mois à 24, serait même à l’avantage des concurrents de Netflix.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *