iPad 3 : une tablette 2.1 ?

Hier, Tim Cook était très attendu. Après des cartons d'invitation évocateurs, qui ne laissaient que très peu de doutes sur l'annonce d'un iPad 3, la nouveau big boss d'Apple se devait de faire le show.

Après une phase d'autocongratulation (315 millions d’appareils iOS dans le monde dont 62 millions rien que pour le dernier trimestre, 100 millions d’utilisateurs d’iCloud sur Terre …), une autre d'annonces sur l'Apple TV, voilà que le remplaçant de Steve Jobs dévoile "le nouvel iPad" ! Quelques minutes insoutenables passent et les caractéristiques tombent : un écran à la résolution démoniaque mais pas Retina Display alors que Apple l'annonce comme tel, un nouveau processeur puissant mais pas de puce A6 à l'horizon, un nouveau capteur photo qui vient de l'iPhone 4S tout comme Siri qui fait son apparition...

Bref, pas (ou peu) d'innovations réelles et un Apple qui se repose sur ses lauriers, c'est un peu le résumé qui peut se faire suite à cette conférence à l'instar de l'annonce iPhone 4S (déception de la non-présentation d'un vrai iPhone 5)

Depuis l'arrivée de Tim Cook, la firme à la pomme se trouve dans une situation étrange. Les deux derniers produits ne sont que des améliorations d'autres plus anciens qui ne possèdent plus l'étincelle qui mettait la foule en émoi à chaque nouvelle présentation.

L'autre problème, c'est que les autres acteurs du marché sont en train de rattraper l'avance de la firme à grands pas : Samsung notamment. Après un smartphone S2 de qualité, le Samsung Galaxy S3 s'annonce plus performant que jamais. Côté innovation, c'est l'Asus Padfone qui avait fait sensation au dernier MWC avec ce système de couple téléphone-tablette.

Apple serait donc moins intouchable qu'il n'y parait, surtout depuis le décès tragique de son père spirituel qu'était Steve Jobs. Quelque part, l'annonce de cet iPad 3 ne possède qu'un seul vrai avantage : il a permis de faire baisser le tarif de l'ancienne tablette tactile phare, l'iPad 2.