La rédaction web, l'avenir des écrivains publics ?

Le métier d’écrivain public est presque aussi vieux que l’écriture elle-même. Présents aux quatre coins du globe, du Proche Orient au bassin méditerranéen en passant par les cultures méso-américaines et juives, ils écrivent, réécrivent et corrigent des textes depuis des lustres. Mettant leur plume et leur maîtrise de la calligraphie au service du plus grand nombre, ces auteurs anonymes rédigent sans relâche tous les écrits de la vie de leurs concitoyens.

Usant tour à tour du stylet et de la plume, du crayon et du clavier, les écrivains publics traversent les siècles et s’adaptent aux évolutions de l’écriture, passant ainsi de la tablette au papyrus, du papier à l’ordinateur. Cette dernière évolution présente, à l’origine, peu de nouveautés puisque la dématérialisation des écrits peut se résumer à un simple changement de support. Mais avec la mise en place des moteurs de recherche et l’évolution qu’ils connaissent depuis quelques années, l’écriture digitale est confrontée à un nouvel objectif : le référencement.
Écrire pour une meilleure visibilité sur le web
Nul ne niera, je pense, qu’il est important pour une entreprise d’être correctement positionnée dans les moteurs de recherche. Cette quête du placement idéal passe par l’application de plusieurs règles relevant du SEO (Search Engine Optimisation), parmi lesquelles certaines concernent directement le contenu des pages web que nous désirons promouvoir. Identification de mots clés  rédaction adaptée à la fois au public visé et aux moteurs de recherche  capacité à créer des contenus originaux et optimisés. Les compétences que nous pouvons attendre d’un rédacteur web sont nombreuses et constituent les nouveaux enjeux du métier d’écrivain public.
Le référencement, un client exigeant
Le SEO a en effet des besoins particuliers, notamment la diversification du vocabulaire et le développement d’un style rédactionnel nouveau. Il demande une bonne connaissance de la langue pour définir un nombre suffisant de mots clés pertinents  dresser un portrait complet du champ lexical dans lequel ils s’insèrent et établir ainsi la liste des termes en relation avec ces derniers. Ces besoins particuliers requièrent une connaissance approfondie de la langue et de la linguistique, et qui mieux qu’un spécialiste de ces domaines peut se lancer dans la rédaction web ?
L’écrivain public a-t-il donc vocation à devenir un écrivain web ?
À mes yeux, la réponse est très clairement positive. Certes, ce qui constitue traditionnellement le cœur de notre activité demeure, mais le référencement éditorial laisse entrevoir des perspectives nouvelles. Ce besoin d’optimiser notre rédaction nous force à combiner aisance rédactionnelle et connaissance théorique de la langue. Il nous enjoint de concilier rigueur et beauté dans nos créations comme cela n’a jamais été le cas jusqu’à présent. Il nous permet de nous réinventer, encore une fois.

Illustration : © Japalia – Fotolia