Des vêtements biométriques pour équiper les sportifs ?

Le mot « biométrie » n’évoque pas forcément beaucoup de choses aujourd’hui pour une grande partie de la population. Pourtant, les systèmes biométriques sont de plus en plus présents dans notre société. En effet, certains Smartphones sont équipés par exemple de lecteur d’empreinte comme c’est le cas de l’iPhone avec la technologie Touch ID, qui, de par son efficacité et ses records de vente a permis de démocratiser un peu plus la technologie biométrique aux yeux du grand public.

Après les lecteurs biométriques, les passeports biométriques, la reconnaissance faciale à l’entrée d’un bâtiment notamment, c’est une autre innovation qui va arriver sur le marché et ce n’est pas forcément dans une branche attendue : un vêtement biométrique capable de prendre le rythme cardiaque, mesurer la respiration et calculer l’effort fournit. Ces données seront transférées par Wifi ou données cellulaires et permettront ainsi de suivre de manière instantanée l’effort effectué. La première société à avoir contribué à l’apparition de la technologie biométrique sur des vêtements de sport est la startup Canadienne OMSignal en intégrant des capteurs pour obtenir les données dans le chandail de la façon la plus discrète possible. Une autre compagnie de Montréal s’est elle aussi lancée dans ce domaine, il s’agit de Carré Technologies, en lançant le tee shirt Hexoskin qui fonctionne de la même manière en recueillant puis en envoyant les données en temps réel.

Il faut préciser cependant que ces vêtements sont accompagnés d’une petite boite, minuscule, permettant le recueil des données biométriques. De ce fait, à la fin d’année dernière, des chercheurs de l’Université Laval ont été encore plus loin d’un point de vue technologique : un tissu biométrique. La fibre utilisée agit à la fois comme capteur et comme antenne, sa résistance et sa malléabilité sont avérées, et elle peut être tissée avec de la laine ou du coton.