Cigarette électronique à l’école : l'IoT à la rescousse


Utilisée dans le cadre d’un programme de sevrage tabagique, la cigarette électronique s’impose comme le moyen le plus efficace pour se débarrasser de l’addiction à la nicotine. En France, les dispositifs de vapotage auraient permis à quelque 700 000 ex-fumeurs de décrocher entre 2012 et 2017, selon les chiffres de Santé publique France. En revanche, ses saveurs et parfums fruités et aromatisés peuvent attirer un public jeune pour une utilisation récréative menant fatalement à l’addiction à la nicotine. Une innovation IoT pourrait pallier ce problème.

Cigarette électronique : moins d’empreintes que le tabac

Il est relativement aisé de détecter un élève qui fume dans l’enceinte de l’école. La fumée de cigarette est « inimitable ». Elle reste en suspension dans l’air pendant plusieurs minutes, imprègne les vêtements, les murs, les rideaux, les casiers, les cartables et les cheveux et donne à l’haleine du fumeur cette odeur caractéristique que l’on connait tous.

Cigarette électronique à l’école : l'IoT à la rescousse

Ce n’est pas forcément le cas de la cigarette électronique. En effet, la vapeur émise est plus légère, plus aérienne et plus éphémère. La pluralité des arômes, saveurs et parfums des e-liquides consommés fait qu’il n’y a pas vraiment d’odeur caractéristique. Vous sentez un doux parfum chocolat ? Il peut émaner d’un milkshake, d’une barre chocolatée, d’un déodorant ou d’un dispositif de vapotage alimenté avec un e-liquide chocolat. Vous l’aurez compris, il faut bien plus qu’un œil vigilant et un sens de l’odorat aiguisé pour détecter un élève qui vapote dans l’enceinte de l’école. Et c’est ici que l’IoT entre en jeu.

Détecter le vapotage, mais aussi les comportements violents

Soter Technology est une jeune pousse new-yorkaise qui combine des fulgurances tech à la pédagogie pour aider les éducateurs et les professionnels de l’enseignement à créer des environnements sains, sécurisés et stimulants pour les élèves et les étudiants. La firme a créé FlySense, un capteur capable de détecter le vapotage dans l’enceinte des écoles. Connecté au Wi-Fi, l’appareil détecte les anomalies de qualité de l’air ambiant et envoie une alerte en temps réel directement dans les smartphones ou ordinateurs de bureau de l’administration.

Ne nécessitant ni micros ni caméras, ce dispositif innovant peut donc être installé dans les toilettes, les vestiaires et les salles de classe sans enfreindre la loi sur la vie privée. FlySense détecte également les variations suspectes dans le volume sonore dans l’enceinte de l’école, lui permettant de détecter les comportements violents et le harcèlement.

Cigarette électronique et tabagisme : porte d’entrée ou de sortie ?

Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, la cigarette électronique ne semble pas constituer une porte d’entrée au tabagisme. C’est en tout cas la conclusion à laquelle a aboutie Public Health England (PHE), l’équivalent de Santé publique France outre-Manche et qui reste l’organisme de santé le plus dynamique en matière de recherche dans la lutte contre le tabac.

Ainsi, dans une étude publiée en mars 2020 (consultable ici), on apprend que 4,8 % des 11 – 18 ans ont utilisé un dispositif de vapotage au moins une fois par mois. Ce pourcentage n’a pas bougé sur un an.

Mieux : seuls 0,8 % des jeunes qui vapotent ne sont pas fumeurs. Les 99,2 % restants représentent des enfants ou adolescents fumeurs ou qui tentent de décrocher avec l’aide de la cigarette électronique. L’hypothèse selon laquelle la cigarette électronique serait donc une portée d’entrée au tabagisme des jeunes est donc inexacte, du moins en l’état actuel de la législation qui protège efficacement les enfants et les adolescents.

Cigarette électronique : vers une responsabilisation des fabricants

L’âge d’or de la cigarette électronique se situe dans la première moitié de la décennie 2010, où elle était quasi-exclusivement plébiscitée pour un usage récréatif, souvent en plus de la consommation de tabac. Aujourd’hui, l’effort de sensibilisation, la fin de l’effet de nouveauté et la réglementation permettent de revenir à la raison d’être originelle du produit : le sevrage tabagique.

Meilleure traçabilité de la composition chimique des e-liquides, interdiction des arômes fruités et « ludiques » dans certains pays pour couper court à l’attractivité auprès des jeunes, l’interdiction du vapotage dans les lieux publics et la prescription de certains dispositifs de vapotage dans certains hôpitaux (expérience pilote au Royaume-Uni avec le concours de l’Université d’Oxford) repositionnent la cigarette électronique dans le giron de la lutte antitabac.

Vous souhaitez maximiser les chances de réussite de votre sevrage tabagique ? Votre tabacologue ou médecin traitant vous préconise la cigarette électronique en tant que moyen temporaire de sevrage ? Vapoclope vous propose des e-liquides de qualité : https://www.vapoclope.fr/97-nos-kits-cigarette-electronique.