Faire sa cessation d'activité d'auto entrepreneur en ligne

Le régime de l’auto entrepreneur séduit au départ de nombreux candidats, mais parmi ceux qui s’élancent, trop rares sont ceux qui franchissent la ligne d’arrivée. À peine 30 %  des auto entrepreneurs parviendraient à survivre, dans les 3 ans qui suivent la création de leur activité. C’est alors la cessation d’activité comme auto entrepreneur qu’ils doivent envisager. Un ensemble de démarches fondamentales pour clore son activité en toute légalité sur le plan administratif.

Les formalités à respecter pour déclarer une cessation d’activité comme auto entrepreneur

Pour déclarer une cessation d’activité comme auto entrepreneur, deux solutions s’offrent à vous : Internet ou le courrier classique. Plus rapide, certains sites permettent d’effectuer directement la démarche en ligne. Si vous n’avez pas d’accès Internet, il vous faudra remplir manuellement un formulaire de déclaration (Cerfa no 13905*02, P2 et 4) et le retourner au CFE (centre de formalité des entreprises auprès duquel vous aviez initialement débuté votre activité).

Faire sa cessation d'activité d'auto entrepreneur en ligne

L’étape suivante consiste à déclarer votre chiffre d’affaires. Selon le régime  fiscal choisi au moment de la déclaration d’activité, la procédure diffère. La cessation d’activité d’un auto entrepreneur sous le régime de la micro entreprise (sans option pour le versement libératoire) doit être suivie d’une déclaration de son chiffre d’affaires, dans les 60 jours qui suivent sa cessation d’activité. Cette déclaration peut porter sur un chiffre d’affaires nul sur des factures encore impayées.

Pour la cessation d’activité d’un auto entrepreneur sous le régime microsocial, la déclaration de chiffre d’affaires doit s’effectuer au plus tard un mois après le dernier trimestre auquel a lieu la cessation d’activité.

Suite à une cessation d’activité, un auto entrepreneur ne peut plus bénéficier des avantages sociaux et fiscaux de ce statut. S’il veut reprendre son activité, il lui faudra attendre la fin de l’année suivant l’année de la cessation, soit un délai de souvent plus d’un an.

Ce qu’il faut savoir avant de prendre le statut d’auto entrepreneur

Avant de s’engager dans une carrière d’indépendant et de se retrouver confronté à une cessation d’activité en tant qu’auto entrepreneur faute de préparation, une réflexion s’impose pour un candidat. Bien construire son projet et cultiver une vision pragmatique est indispensable pour réussir.

Au démarrage d’une activité, il est préférable pour un auto entrepreneur d’avoir un minimum de clients en  portefeuille avant de prendre son statut. Il évitera ainsi de sombrer dans la catégorie des 38 % de micro entreprises qui disparaissent dès les premiers mois, faute de déclarer un chiffre d’affaires.

L’organisation est le maître-mot pour réussir à mener son projet à terme. L’auto entrepreneur doit prévoir en aval de son emploi du temps toutes les tâches nécessaires à son développement. Outre le travail à honorer pour ses clients, il doit budgéter son temps entre prospection et tâches administratives pour suivre sa comptabilité, son chiffre d’affaires et ses factures. La cessation d’activité d’un auto entrepreneur devient souvent inéluctable quand tous les paramètres d’un projet n’ont pas été bien pris en compte dès le départ.

Parmi les autres contraintes d’organisation de l’auto entrepreneur, se trouve aussi l’espace de travail. Certains vont devoir trouver des salles de réunion pour leurs clients importants ou penser à un espace de coworking s’ils redoutent l’isolement du freelance.

Une cessation d’activité comme auto entrepreneur est un acte volontaire qui n’interdit pas la reprise de l’activité un jour. La radiation au contraire se produit souvent lorsqu’une activité ne donne lieu à aucune déclaration de chiffres d’affaires durant 24 mois.

En cas d’échec d’un projet, la situation administrative de l’auto entreprise doit être juridiquement à jour, avec l’établissement de toutes les déclarations nécessaires. Cette étape se révèle obligatoire pour éviter la radiation du statut qui sonne le glas définitif de tout projet futur d’auto entreprise dans la même activité.